La chute du cristal [Public]

Pour tout ceux qui veulent incarner un personnage de la série.
Répondre

Message par Rouage » 12 sept. 2015, 22:54

Avatar du membre
Rouage
Poète en herbe
Messages : 114
Enregistré le : 04 août 2015, 17:32
Sexe : Garçon
Localisation : Ponyville

La chute du cristal [Public]

OFFTOPIC :
Bienvenue ! :lyrahat:
Le roleplay suivant est public, cependant comme l’indique le règlement officiel le nombre de participants ne pourra être supérieur à 5. Toutefois, avant de commencer il est nécessaire d’énoncer quelques règles afin de veiller à la bienséance de cette partie : :twiscribe:

- L’histoire prendra la forme d’une enquête à résoudre semblable à un roman policier, cependant l’univers de « My Little Pony » doit parfaitement être respecté. Ainsi toute forme de violence abusive sera interdite. Par exemple : un joueur ne pourra trouver la présence d’un poney sauvagement assassiné ; car il faut rester dans le contexte de l’univers dans lequel se passe notre aventure. Ainsi veiller à ne pas dépasser dans le cadre de cette situation quelques blessures légères. Nous ne voulons pas de meurtres sanglants ou de blessures profondes qui pourraient ruiner ou fortement handicaper la partie de l’un des participants. Pour faire mourir un personnage non joueur veiller le faire de manière propre, ce forum étant tous public il faut prendre en compte le fait que de jeunes lecteurs pourront tomber sur ce que vous écrivez. Ainsi la mort doit être présentée de manière « soft » et elle n’est autorisée que pour un personnage non joueur.
- Toute forme de contenu à caractère érotique est interdite sous peine d’être exclus de la partie. Les phrases légèrement suggestives sont autorisées à condition que cela ne dépasse pas ce stade.
- Vous ne pourrez incarner que votre OC ou un personnage issu des fiches publiques, ainsi vous ne pourrez pas prendre le contrôle de l’une des mane six ou d’autres personnages de la série. Cependant même si vous ne pouvez pas les contrôler vous avez l’autorisation de les évoquer et de les faire participer à l’aventure mais de manière indirecte. C’est votre personnage qui doit jouer, pas l’une des mane six.
- Des réponses d’un minimum de dix lignes sont attendues. Il faut bien que l’histoire avance au fur et à mesure après tous.
- Cette cession étant tous public n’importe qui peut se présenter, cependant veiller à introduire votre personnage de manière roleplay dans le scénario.
- L’action se déroulera dans la période correspondant au milieu de la saison 5.


Les premiers rayons du soleil se levaient sur Ponyville, englobant ainsi le ciel de leurs lueurs chaudes. Cette douce lumière orangée réchauffait les cœurs en ces temps humides. Les premières feuilles commençaient à tomber, les fleurs se fanaient pour laisser place à cette aquarelle de couleurs resplendissantes. Il y avait du jaune, de l’orange et du rouge ; des feuilles qui formaient un véritable petit feu ornant les arbres des collines alentours. Rouage restait assis sur un banc, profitant de l’air frais du matin et de ce spectacle que lui offrait la nature avant de reprendre le chemin du travail. La brise soufflait légèrement, décoiffant l’une de ses mèches qui lui retomba sur les yeux ; les pages de son journal bougeaient au gré des caprices du vent, elles semblaient presque danser. Danser…. C’est bien quelque chose qu’il n’avait plus vu depuis bien longtemps ; les autres poneys n’avaient plus l’air de savourer la vie… Soudain une bourrasque retentit, son journal s’envola et il le rattrapa de justesse avant qu’il ne soit perdu. Il le reprit entre ses pattes, plongeant à nouveau son regard sur la couverture de celui-ci : « Augmentation du chômage, record historique de la croissance qui atteint un taux de -2%, crise au sommet de l’État. Lisez notre article complet page 10. » Il plia son journal et le rangea dans sa sacoche, ne voulant plus penser à cela pour l’instant. Cette crise… cela faisait presque un mois que celle-ci refaisait surface dans tous les sujets de conversations ainsi que dans les journaux. Elle inquiétait tout le monde, de par son ampleur d’on les effets se faisaient déjà ressentir ainsi que par sa spontanéité, celle-ci ayant frappé sans prévenir tout Equestria. Il se releva doucement, profitant une dernière fois de la douce brise qui lui caressait le visage. Sur le chemin menant à la grande place il regarda les feuilles s’envoler, qui allaient d’un endroit à un autre, rentrants de temps en temps dans un passant ou s’égarant au milieu de la foule. Personne ne semblait prêter attention à cette scène automnale, les mœurs étaient bien trop occupées à débattre sur la crise qui touchait tout le royaume. Nous avions peu d’informations sur l’origine de celle-ci ce qui laissait les rumeurs se propager. Tous ce que nous savions c’est qu’elle a commencé à Crystal Empire qui s’est effondré de manière inattendue. En continuant d’avancer tranquillement sur le chemin de la grande rue Rouage écoutait les discussions des passants, les rumeurs fusaient à tous va. Certains accusaient Celestia d’être trop laxiste, d’autres critiquaient ouvertement la princesse Cadence et son amant Shining Armor de faire preuve d’incompétence. Enfin certaines rumeurs plus farfelues disaient que cela serait dû au Cœur de Cristal qui serait corrompu, provoquant ainsi la chute de Crystal Empire entrainant par la même occasion tout Equestria dans son sillage. Rouage bien qu’attentif à toutes ces rumeurs ne voulait pas trop y croire, accuser ainsi les divers princesses sans preuves n’était pas très raisonnable. De plus la thèse du Cœur de Cristal n’avait aucun sens, seule une puissante source de magie serait capable de corrompre un tel artéfact, et le roi Sombra était hors d’état de nuire depuis longtemps. Il secoua la tête, ne voulant plus penser à ce sujet. Après quelques minutes de marche il arriva finalement à la gare où il travaillait lorsqu’il aperçut un poney qui se dirigea vers lui en galopant tout en criant son nom :
« Rouage ! Vite dépêche-toi ! C’est la patronne elle t’attend ! »
Paniqué il accouru vers le bureau des ressources équestres, toqua à la porte et ouvrit celle-ci délicatement. Il se dirigea lentement vers le bureau qui trônait au fond de cette pièce triste, uniquement décorée de cette plante grasse posée juste à côté et des quelques casiers dont divers dossiers mal rangés ressortaient des divers tiroirs. Il s’attendait au pire, il commençait à repenser à toutes les petites erreurs qu’il avait pu commettre. La jument ne lui prêtait aucune attention, elle continuait de lire attentivement un document d’on on ne pouvait deviner le contenu d’ici. Elle finit par le poser sur son bureau et demanda à Rouage de s’asseoir :
"- Rouage, nous avons en ce moment quelques problèmes économiques. Nous sommes obligés de revoir toute notre organisation du personnel et on a des postes en trop à Ponyville.
- Je comprends… dit-il d’une voix enrouée, il s’attendait à se faire licencier d’un moment à l’autre.
- Tu es un employé efficace et je ne te cacherais pas que je préfère renvoyer quelqu’un d’autre que toi, c’est pour cette raison que je te propose une mutation."

Elle lui tendit le document qu’elle consultait à l’instant.

"- En ce moment on manque un peu de personnel à Crystal Empire. Tu iras travailler là-bas quelque temps en attendant que la situation s’améliore, à moins que tu n’y voies une quelconque objection. Dit-elle sur un ton sérieux et sévère.
- D’accord, j’accepte. Dit-il précipitamment. Il sentait bien de toute façon qu’il n’avait pas d’autres choix s’il voulait conserver son poste.
- Au fait avant que tu ne partes, j’ai recruté quelques stagiaires. Peut-être que tu en verras là-bas. Comme on peut les payer trois fois rien ils te fourniront peut-être un peu d’aide, Dit-elle d’un air amusé. Signe d’abord ce contrat et tu prendras le prochain train pour Crystal Empire.
- Très bien, dit-il tout en signant le dudit contrat en faisant léviter la plume dans les airs."

Tout ceci était très précipité, mais sa patronne était une personne spontanée et franche. Bien que surpris, il exécuta les ordres sans poser de questions. Il s’avança chercher ses affaires dans le casier attribué à son nom, mais en regardant les autres poneys il comprit l’ampleur de la situation. Le regard perdu de certains de ses camarades le fit comprendre que les licenciements devaient être légion. Ce souvenir de la crise qu’il tentait d’effacer de sa mémoire refaisait surface, il ne pouvait s’empêcher de remuer toutes ses pensées. Mais lorsqu’il aperçue enfin la ville de Crystal Empire au loin derrière la vitre du wagon dans lequel il se trouvait son visage s’attendrit. On racontait que les poneys qui y vivait étaient fait de Cristal, que les bâtiments étaient merveilleux et d’une architecture unique. Finalement cette mutation était presque une chance, c’était l’occasion de pouvoir visiter un petit peu cette ville d’on il avait tant rêvé. La lourde locomotive s’arrêta non loin d’une grande porte surplombant un sentier menant à la ville étincelante. Il descendit aussitôt et prit la direction du chemin d’un pas décider et enthousiaste ; il avait hâte de voir enfin cette ville si merveilleuse. Cependant une fois à l’entrée de la ville la réalité fut bien différente de ce qu’il imaginait. Les habitants n’avaient plus cet éclat qu’on racontait, la lueur étincelante des bâtiments était à peine perceptible. La ville semblait s’effondrer sur elle-même. C’est alors qu’il repensa à la rumeur concernant le Cœur de Cristal. Pouvait-il vraiment être corrompu ou tout simplement affaibli ? Et comment cela pouvait-il être possible ? La situation commençait à l’inquiéter, il sentait que quelque chose n’allait pas.
OFFTOPIC :
Liste des OC participants :

* Rouage Henson : fiche-personnage/rouage-henson-t4040.html
* Raven Ermad : fiche-personnage/raven-ermad-t4041.html
* Jitter Frost : fiche-personnage/meaty-ocs-t1056.html
* Dust Gazer : fiche-personnage/dust-gazer-t4106.html
* Lightning Cloud : fiche-personnage/lightning-cloud-t4183.html

Ordre de passage :

I. Rouage Henson
II. Jitter Frost
III. Raven Ermad
IV. Dust Gazer
V. Lightning Cloud
Modifié en dernier par Rouage le 08 nov. 2015, 23:04, modifié 3 fois.

Message par LaudanumSerum » 13 sept. 2015, 16:10

Avatar du membre
LaudanumSerum
Modérateur RP
Messages : 729
Enregistré le : 31 mars 2013, 16:36
Sexe : Fille
Localisation : Oui

Re: La chute du cristal [Public]

C'était une chaude journée. Vraiment trop chaude pour le pauvre Jitter, qui étouffais dans les grands locaux de la gare. Il s'était vu forcé de s'engager dans un petit travail, un qui ne demandais que peu de formation, étant donné que ses diplômes ne lui sont d'aucune utilité ici. En quête d’intégration, Jitter avait parcouru les petits papiers des journaux. Entre deux articles concernant telle ou telle crise, et un petit encadré déblatérant des lignes entières de délires sur un complot Alicorne voulant renforcer la loi, il tomba sur la page des annonces. Le seul poste qui lui avait convenu était une place dans la SECF, la société Equestriene des chemins de fer. Et encore, "convenir" est un bien grand mot. Dès son arrivée, il fut accueilli par des regards circonspects de poneys terrestres tenant plus du bovin que de l'équidé. Il trouva vite les bureaux, la gare étant petite, et un licorne, qui faisait tâche dans son costume, entouré de poneys musculeux et transpirants, lui indiqua l’entrepôt le plus proche pour y trouver le maître cheminot.
Arrivé sur place, il présenta sa candidature à un gigantesque poney vert. Il lui évoqua la forme d'un cube, aussi haut que large. Sans aucune forme de cérémonie, il lui lança un "Tu es engagé, tu commence dans dix minutes pour un transport de touristes en direction du Crystal Empire". Le Crystal Empire ? Sérieusement ? Le royaume était à plusieurs heures de course, selon les dires ! Trop tard, un attelage avait déjà été sellé sur son dos, semblable à un engin de labourage, et un crochet alla se clipser dans ce dernier. Plusieurs poneys prirent place autours de Jitter, tous presque deux fois plus grands que lui, se contenant de lui lancer un souffle nasal en guise de salutation, puis la cloche sonna, et ils étaient partis.

Le trajet était long. Les rails semblaient sans fin, courant et miroitants dans un désert de sable et de cactus, bordés au loin d'une foret. Était-ce Everfree ? Un frisson lui parcourut l'échine à la pensée qu'un des siens, trop curieux ou égaré, s'approcha trop de la lisière et le remarque. Pendant ce temps, les titans à ses cotés continuèrent leur course, ne marquant aucune pause, ne semblant même pas épuisés. Jitter ne l'était pas non plus, étant donné que ses sabots ne touchaient même pas le sol. Il était porté sur l'attelage et subissait les regards de ses collègues qui voyaient plus en lui un passager n'ayant pas payé son ticket plutôt qu'une aide précieuse.
Au bout de ce qui lui sembla être une éternité, les grands piliers de cristaux, jadis noircis par la folie d'un roi déchu, resplendissaient dans la lumière du soleil couchant. Il resta là, sans bouger, ces créatures étaient donc capables de construire des édifices aussi imposants et resplendissants ? La pierre transparente filtrait les doux rayons rouges et les tintaient de mille couleurs, les vomissant sur la cité chatoyante, comme une cuve remplie de couleur. C'en était aveuglant. On lui avait certes parlé d'une grande ville, mais ce bijou, littéralement, perdu entre désert et foret. C'était la chose la plus magnifique qu'il n'ait jamais vu. C'est ce moment que son voisin choisit pour se plaindre du froid ambiant.

L'attelage s’arrêta à la gare qui les accueilli par un sifflement aigu et assourdissant. On laissa Jitter descendre de sa prison suspendue, lui permettant de se dégourdir les pattes avant un retours qui s'annonçait aussi long que l'allée.
"-Hey petit, l'interpela un grand costaud, qui était jusque là à l'avant de la troupe, t'as entendu parler du cœur qui s'affaiblit ? Tu devrais aller voire, profite en pour faire du tourisme, on doit pas voir ça tous les jours chez toi, sauvage. Ricana t-il avant de partir, hilare, avec d'autres de ses collègues.
-Ouais, j'irai voir ça. Dégénéré. Siffla-t-il entre ses dents, avant de se rendre vers la ville."
Peut être que ce poney, dont le poids en muscle devait valoir le quintuple de ses points de QI, avait été violent dans ses propos, mais Jitter avant réellement envie de visiter cette ville resplendissant, dont les couleurs chaudes disparaissaient doucement dans la nuit tandis que les froides s’enlevaient lentement des lampadaires de roche. Il s'aventura dans ce qu'il supposa être la route principale, et ne croisa que des gens à la mine triste. Il remarqua qu'ils n'étaient pas comme les poneys qu'il avait vu jusque là, légèrement brillants et transparents, plutôt, limite coupants. Ça devait être une spécificité des indigènes. C'est alors que son environnement l'interpela. Il faisait face à la grande tour qu'il avait vu percer le ciel à son arrivée. Le soleil ayant disparu, la tour lui sembla sinistre, sordide, noire. La ville n'était plus aussi magnifique, c'était une illusion donnée par les reflets solaires, elle était laide. Grise, froide, et laide. Au pied de la tour siégeait une grande place, au milieu de laquelle un cœur de verre trônait. C'est donc de ce cœur dont tout le monde parle ? Pouvait-il le toucher ? Il approcha son sabot et..." Tuuuuuuuut". Mince, le sifflet de la gare ! Déjà ? Il couru à grandes enjambées jusqu'au seul bâtiment en pierre concrète de la ville, seulement pour voir le train s'éloigner et partir, sans lui. Bon sang, encore une sale journée...
Il s'aventura alors en direction de ce qui serait l'équivalent du bâtiment administratif principal. Mairie, commissariat, pompiers, presse... Il s'affala sur un siège de la salle d'attente, et sorti de sa sacoche de selle un petit livre bleu clair, qu'il commença à lire. Il se disait qu'il pourrait éventuellement signaler que son job l'a quitté, plutôt que l'inverse, et qu'on lui donnerai au moins une chambre pour la nuit, et peut être un petit boulot en attendant le prochain train, la semaine suivante.
Dans la salle, il n'y avait qu'un autre poney, celui ci n'était pas fait de pierre, comme les citatins qu'il avait vu jusqu'ici. Il était plutôt petit, voire maigrichon, maladif. Sa robe turquoise criait avec le revêtement bleu sombre des murs.Il le dévisageât un moment avant de se rendre compte que ce dernier faisait de même.

"-J'peux vous aider ?
Le poney sursauta lorsque le cerf brisa le silence assourdissant, découpé par le "tic tac" d'une vieille horloge.
-Faut pas avoir peur vous savez, j'vais pas vous manger. Nous on mange que les bébés. Dit il en regardant au dessus de son livre, se régalant de la mine mi-confuse mi-terrifiée du petit poney. Mais non, je plaisante ! J'm'appelle Jitter Frost. Comme vous pouvez vous en douter, j'suis pas du coin, vous non plus on dirait."
Jitter se leva et présenta ses bois au poney dérouté avant de se rendre compte de son erreur et de lui présenter son sabot, en signe de salut. Ce dernier balbutia quelques syllabes confuses, lorsque la vieille jument à l’accueil fit sonner sa clochette en appelant le suivant.
[align=center]ALL HAIL GAY SATAN! Image[/align]

Message par Sissel » 14 sept. 2015, 19:55

Avatar du membre
Sissel
Brony résident
Messages : 143
Enregistré le : 07 juin 2015, 13:51
Sexe : Garçon
Localisation : Paris

Re: La chute du cristal [Public]

Raven s'inclina, son front touchant presque le sol de marbre noir, les ailes déployées et baissées en signe de respect. L'antichambre de la princesse, avec son sol et ses murs en marbre noir, son haut plafond chichement illuminé par quelques chandeliers en cristal, ses colonnes veinées d’obsidiennes et ses meubles d’ébène, ressemblaient à une nuit illuminée par les étoiles. Raven n'avait jamais été plus loin dans le domaine de la princesse des rêves que cette antichambre à l'ambiance feutre. Il l'avait rencontré pour la première fois ici et depuis tous leurs entretiens s'étaient passés dans cette pièce.

Luna s'approcha de Raven, elle lui sourit, lui releva la tête avec un sabot et dit :
"Je t'en prie Raven, le protocole c'est seulement quand nous sommes en public.
Raven se redressa et eut un large sourire :
-cela faisait bien longtemps qu'on ne s'était pas vue Luna.
-Plusieurs mois en effet, répondit-elle songeuse, d’ailleurs je te remercie d'être venue si vite, je sais que la magie de ma sœur est un calvaire pour toi."
La lettre de Luna était arrivée le matin chez Raven et il avait couru (ou plutôt volé) au palais, en plein jour la lumière, malgré ses lunettes de soleil lui causait de fortes migraines, en particulier quand il ne l'avait plus vue depuis longtemps. Raven était donc arrivé au palais avec l'impression d'y être entré par le sol et il s'était reposé un peu avant de voir Luna.
-"Je ne suis jamais venue en retard, répliqua-t-il avec un sourire en coin, mais ta lettre m'a fait penser que la situation était urgente.
-Je ne vais pas te mentir Raven, je n'en ai d'ailleurs pas l'habitude, j'ai besoin de renseignements urgents sur ce qui arrive à l'empire de cristal. Tu es la personne la plus apte à accomplir cette tâche. De plus si tu arrives à t'endormir tu pourras me fournir les informations que tu auras récolté plus rapidement que n'importe quel agent."
Raven songeait déjà à son voyage et un détail lui sauta aux yeux.
-"L'empire de cristal est bien enneigé à toutes les périodes de l'année ?
Luna soupira et baissa les yeux.
-Je sais où tu veux en venir Raven, effectivement l'empire de cristal est une des places les plus lumineuses de tout Equestria et ton enquête sera quasi impossible le jour. Mais la nuit c'est un endroit aussi obscur que le reste du royaume.
-Bien, je dormirais le jour, mais du coup mon pouvoir sera le plus souvent inutile. Et comment je ferais pour acheter des vivres ?
-Je te fournis une maison avec assez de vivres pour tenir 2 semaines, je te conseille de trouver un poney assez gentil pour que tu puisses te mettre en colocation avec. Tu as assez d'argent pour nourrir toute l'armée de Canterlot pendant plusieurs mois, le budget ne devrait pas te causer de quelconques incidents.
-Cette crise menace aussi le trésor royal ?
-Bien sûr, c'est aussi pour ça qu'elle nous préoccupe tant ma sœur et moi, comment payer tous les fonctionnaires d'État comme les professeures ou les gardes si le trésor se retrouve vidé ?
-Je sais, ce serait un coup dur. Je vais de ce pas me préparer pour partir.
-J'ai prévenu Cadence et Shining Armor de ton arrivée, les gardes ne te poseront aucun problème où que tu puisse vouloir aller, certaines sections de la bibliothèque locale sont au château sous bonne garde.
-Vous pensez que la réponse à la crise puisse être dans une bibliothèque.
-Cadence pense que quelque chose de louche arrive au cœur...
-J'orienterais mes recherches dans cette direction alors."

Luna n'ayant plus rien à préciser souhaita bonne chance à Raven et le congédia sans omettre de lui donner une somme conséquente et un billet pour Cristal empire.
Les préparatifs de Raven ne durèrent pas longtemps car il n'avait pas beaucoup d'affaire à forte importance sentimentale ou fondamentalement utile.
C'est donc avec le minimum et le sourire que Raven s'en alla dans un train de nuit en partance pour Cristal Empire.
Il prit rapidement possession de sa maison et le jour se levant s'endormit...

Message par Rouage » 27 sept. 2015, 16:19

Avatar du membre
Rouage
Poète en herbe
Messages : 114
Enregistré le : 04 août 2015, 17:32
Sexe : Garçon
Localisation : Ponyville

Re: La chute du cristal [Public]

OFFTOPIC :
Note : La liste des OC participants et l’ordre de passage ont été mis à jour. :twiscribe: Étant donné le faible nombre de participants, de nouveaux joueurs pourront se joindre à la partie s’ils le souhaitent. Pour ce faire veillez inscrire votre candidature en commentaire sous la forme « Hors Sujet ». Votre demande sera immédiatement prise en compte alors n’hésitez pas. :fluttereye:
La nuit recouvrait lentement la ville de son voile sombre ; éclipsant le braisier qui régnait dans les cieux. Le ciel sombre et nuageux laissait la pluie se déverser sur le royaume de cristal, tel un petit courant filant à la dérive, parcourant au hasard les rues et les trottoirs d’un flot continu avant de s’égarer dans le coin d’une impasse, ou venant caresser les sabots des passants. Rouage remontait doucement l’avenue, contemplant les terrasses des cafés qui fermaient peu à peu, éclairées par la chaude lumière des lampadaires de cristaux. Les poneys rentraient dans les boutiques encore ouvertes, d’autres regagnaient rapidement leur domicile ; tous cherchaient à se protéger de la pluie. Rouage regarda à sa droite puis à sa gauche, recherchant un hôtel où passé la nuit. Cependant le seul spectacle qui lui était donné à voir était ce mouvement de foule continu, ce mouvement où chacun tentait d’échapper à ses problèmes, en vain. La majestueuse citée était bien peu accueillante. Trempé, épuisé, Rouage continuait sur sa lancé, finissant par trouver à l’embouchure d’une rue un bâtiment se démarquant des autres. Se trouvait face à lui deux grandes colonnes à l’entrée d’une architecture élancée aux larges vitres filtrant les quelques rayons de lumières qui passaient aux travers. Il releva la tête, admirant cette merveille aux couleurs bleu sombre où quelques lettres dorées indiquaient qu’il s’agissait de l’hôtel de ville.

Il ouvrit délicatement la porte, pénétrant dans un large hall baignant de lumière. Aucun bruit ne régnait en ce lieu. Seule la pluie s’abattant sur les vitres brisait le silence ambiant, tel un léger grondement lointain, un grondement qui ne nous effraie pas, un grondement qui nous berce lentement. Rouage s’avança peu à peu dans le bâtiment, émerveillé par la décoration raffiné mêlant ce bleu sombre noble à quelques touches de couleur Or garnissant les diverses parures murales. Un splendide chandelier plongeait au centre de la pièce de tout son éclat, à sa gauche se trouvait le guichet d’accueil où une vielle horloge trônait au-dessus de celui-ci, tandis qu’à sa droite était assis sur un banc un cerf. Un cerf, cette silhouette lui rappelait un vague souvenir, comme si il l’avait déjà aperçue quelque part. Cependant un détail attira particulièrement son attention, il ne pouvait s’empêcher de regarder cette longue ligne cyan qui courait sur la patte gauche du cervidé. Ayant peur de paraitre trop indiscret il se retourna, espérant que ses mauvaises manières seraient passées inaperçues. Soudain il entendit derrière lui quelqu’un l’interpellant :

- « J'peux vous aider ?

Rouage sursauta, se sentant extrêmement gêné il était incapable de formuler la moindre phrase. Les plaisanteries et les étranges manières de ce cerf laissaient le licorne dans un état mi- confus mi- terrifié. Ne sachant que faire il prononça vaguement quelques syllabes confuses jusqu’à ce que la clochette de l’accueil retentisse. Ne voulant paraitre impoli il tenta de reprendre son calme et s’excusa auprès de cet individu excentrique.

- Désolé monsieur mais je vais devoir vous laisser un moment, ce fut un plaisir ; dit-il l’air embarrassé. »

Il se dirigea vers le guichet calmement, désireux d’obtenir quelques renseignements afin de trouver un hôtel à proximité. Derrière le comptoir une vielle jument l’accueilli, affalée sur sa chaise elle tentait de prendre appuie sur ce qu’elle pouvait. Les larges cernes sous ses yeux trahissaient sa fatigue, elle devait probablement travailler de nuit régulièrement. Malgré son attitude négligée celle-ci se montra très amicale :

- « Un hôtel vous dites ? Elle plissa les yeux et dit l’air pensif ; il y a bien le Palace d’Émeraude qui est proche d’ici, vous aurez une belle vue sur la tour de cristal…
- Vous n’auriez pas quelque chose de moins cher s’il vous plait ? dit-il en l’interrompant gentiment ; Mes revenus sont assez faibles et je ne peux pas permettre de dépenser autant d’argent.
- C’est vrai que vous n’avez pas l’air très aisé, dit-elle en le regardant attentivement. Elle le trouvait bien maigre, presque chétif. Je peux toujours vous conseiller le Malachite, qui devrait être plus dans vos moyens. Il se situe au bout de la troisième rue en prenant à gauche, ensuite vous n’aurez qu’à prendre la ruelle qui monte quelques marches et vous y serez. »

Remerciant la jument pour ces précieux conseils, il s’avança vers la haute porte qui l’amènerait à nouveau vers les ruelles obscures. Plus il s’en approchait plus le grondement devenait assourdissant, tel un monstre, un prédateur qui s’apprêterait à l’attaquer par surprise, laissant la pauvre proie sans défense. Il sentit sa nuque se glacée, telle la mort qui lui tendrait la main pour l’emporter avec elle. Terrifié par cette sensation, il tourna la tête et se retrouva nez à nez avec Jitter qui posait sa patte sur le bas de son cou comme pour attirer son attention :

- « Eh attend ! Tu ne t’es pas encore présenté ; dit-il d’un ton amical.
- H-heu o-oui c’est vrai. Rouage était totalement bouleversé, il n’avait jamais senti son cœur battre aussi fort, ayant cru le temps d’un instant que tout se serait arrêté ici même. Reprenant ses esprits et ayant peur de paraitre ridicule il essaya de se montrer plus ouvert. Je m’appelle Rouage, Rouage Henson. Tout comme vous je ne suis pas du coin, je viens de Canterlot, mais maintenant je vis à Ponyville. Regardant à nouveau autour de lui il prononça ; Ponyville n’est certes pas une commune aussi grande que celle-ci mais il fait bon y vivre ; dit-il en souriant à son interlocuteur. »

Ils échangèrent encore quelques mots, apprirent à mieux se connaitre l’un et l’autre. La bienveillance et la spontanéité de Jitter laissa Rouage s’exprimer un peu plus ; lui qui d’habitude était si timide se laissait enfin s’approcher. Se saluant une dernière fois, ils prirent chacun leur chemin, laissant Rouage regagner à nouveau les rues inondées.

La route lui paraissait bien longue. L’avenue déserte, froide, la tristesse des habitations ; cette agglomération avait perdu son charme, laissant transparaitre les ruines des jours meilleurs. Rouage continuait d’avancer le regard baissé, ne voulant être d’avantage déranger par la pluie qui lui fouettait le visage. Il repensait à cette rencontre qu’il avait faite tout à l’heure, ce cerf, c’était bien ce qu’il avait connu de plus chaleureux depuis qu’il était venu dans l’enceinte de cristal. Il monta les quelques marches péniblement, ses sabots glissaient sur la roche humide afin d’arrivé à ce qui semblait être un hôtel. Sur la façade de longs stores rouges déployés protégeaient le licorne des dernières gouttes de pluie avant qu’il n’entre dans la demeure.

La réception ainsi que l’ensemble de la bâtisse était entièrement constituées de roches aux couleurs bordeaux où de longs rideaux épais de couleur violette protégeais les diverses vitres du froid glacial des régions lointaines d’Equestria. Un étalon assez corpulent le prit en charge rapidement, lui remettant la clé d’une chambre qui se trouvait au dernier étage du bâtiment. Celle-ci n’était pas spécialement grande mais suffisamment confortable pour qu’il puisse se sentir comme chez lui le temps d’une soirée. Il en fit le tour en quelque pas ; contre un mur était installé un lit simple en bois avec une petite table de chevet à côté. Une simple bougie posée sur celle-ci éclairait la pièce de sa lueur. Il se dirigea vers l’unique fenêtre de la pièce, pouvant ainsi admirer la vue. Il distinguait au loin la tour de cristal, elle était resplendissante, celle-ci semblait percer le ciel. En baissant son regard il pouvait voir la grande place où il arrivait à distinguer vaguement le cœur de cristal. Celui-ci bien garder par deux gardes émettait une lueur bleue, une lueur bleue qui était moins spectaculaire que ce qu’on lui avait raconté… le cristal semblait se mourir. Attristé, Rouage s’allongea sur son lit, sortant un livre d’un des tiroirs de la table de chevet que l’un des anciens occupants semblait avoir oublié ; il s’intitulait : « les aventures de casse-cou : le mystère du temple perdu ». Il commença à se plonger dans ce récit d’aventure, suivant les péripéties de la courageuse aventurière quand soudain il entendit un cri, un cri puissant et grave. Il lâcha son livre et accouru vers la fenêtre pour voir ce qu’il se passait. C’était les deux gardes ! Ils étaient accablés ! Le cœur avait encore perdu de son éclat pendant qu’ils continuaient leur tour de garde. Il les voyait pester sans pour autant comprendre ce qu’ils pouvaient bien dires, apparemment ils se rejetaient la faute l’un et l’autre, comme si un simple moment d’inattention de leur part avait suffi au précieux artéfact pour perdre de sa puissance. Comment cela était-il possible ? Rouage trouvait cela bien étrange… il regarda encore par la fenêtre avant de reprendre sa lecture en s’allongeant sur son lit.

Message par StarWild » 04 oct. 2015, 17:47

Avatar du membre
StarWild
Nouveau
Messages : 19
Enregistré le : 05 avr. 2015, 19:50
Sexe : Garçon
Localisation : Eyguières,[13, malheureusement],France métropolitaine

Re: La chute du cristal [Public]

Plic,ploc,plic,ploc,ploc ploc ploc...

La pluie tombait drue en ce début de soirée. La brume qu'elle créait en frappant la surface argentée et miroitante de la voie inondée subjugait Dust Gazer, qui trouvait que ce spectacle s'harmoniait à ravir avec les rares ondes irrégulières que les gouttes dessinaient aléatoirement, avec l'aide de petites vaguelettes, seules témointes du passage de rare équidé.

Voilà ce qu'observait avec ravissement la licorne dont la robe blanche était dissimulée par une longue cape de voyage, qui prennait interminablement l'eau, aux portes du Malachite. Du moins, jusqu'a ce qu'un imperceptible signal le fit sortir de sa rêverie.

Son frère avait raison. Cette crise était curieuse. Et encore plus curieuses que cette crises, étaient les rumeurs. Elles s'était propager jusqu'au Unicorn Range, cette vaste pleine couper du monde,traversée par un unique chemin de fer.Son frère lui avait envoyé une lettre, quand il était encore à Ponyville, qu'il avait lu juste après avoir appris que sa bourse serait réduite ce mois-ci pour problème de trésorerie.

Dust Gazer reprit sa marche, traversant rue après rue, se dirigeant lentement vers la place centrale. C'était à peu près la seule façon de réfléchir pour lui.Marcher, ou à la rigueur trotter. Il croisa un cerf, du moins supposa-t'il, ayant encore ces lunettes de soleil, qu'il portait toujours par pudeur, ce qui n'arrangait pas sa vision. Mais il se refusait de les enlever: il ne supportait pas le regard des autres quand il le faisait. Mais vu les bois que lui avait présenté le cervidé, il ne faisait aucun doute sur sa nature. Il ne lui répondit pas pour autant, absorbé comme il était dans ses réflexions, ou ses pensées, de rechef.C'était fou à quel points les vaguelettes soulevées par des sabot se coupaient en V.

Seul le cri soudain d'un garde l'arracha de sa contemplation. Un cri rauque et grave.Le cri de quelqu'un qui s'énervait. Il s'agissait du garde qui lui avait interdit de s'approcher du Coeur, quelques jours plus tôt, lorsqu'il était venu voir de ces propres yeux si les rumeurs s'avéraient fondées. et elles l'étaient, comme le démontrait avec gravité l'artefact. Il brillait de moins en moins, et cela n'allait pas en s'arrangeant, les deux gardes se disputant au socle même du joyaux: Fort heureusement, les précipitations et les éléments se déchaînant de plus en plus fort emportèrent dans leurs déluges les paroles véhémentes des deux étalons en armure. Tant pis pour l'investigation, il fallait qu'il se mettent à l'abri. Il se rua vers un grand batîment en cristal, comme à peu près tout ceux de la ville, et qui comme les autres avait quelque peu perdu son éclat: La Bibliothèque.

La gérante était absente, mais un mot griffoné sur une note placé en évidence sur le comptoir stipulait qu'elle fermerait dans dix minutes. Dust Gazer l'attendit en regardant les lampes magique en suspension, qui donnait un peu de chaleur entre les murs cristallins au reflet d'autant plus froid que le soleil divin était couché, ayant fait sa connaissance plus tôt dans la journée, et espérant qu'elle le laisserai consulter ce soir, n'ayant nulle part d'autre où aller,et la situation l'alarmant.

Oui tout cela était curieux. D'une façon ou d'une autre, l'équilibre de la Cité-Empire avait été perturbé. Il faudrait qu'il reçoive sa réponse le plus vite possible: La princesse ne pouvait pas se permettre de laisser tout ceci sans réponse.

C'est alors qu'un léger bruissement d'ailes le fit se tordre l'échine, rompant la monotonie des intempéries étouffés.
Modifié en dernier par StarWild le 06 oct. 2015, 15:58, modifié 1 fois.
Rêveur invétéré cherchant à changer les mentalités. Pourrez vous un jour ne serait-ce que me pardonner?

Message par Rouage » 08 nov. 2015, 23:15

Avatar du membre
Rouage
Poète en herbe
Messages : 114
Enregistré le : 04 août 2015, 17:32
Sexe : Garçon
Localisation : Ponyville

Re: La chute du cristal [Public]

OFFTOPIC :
Mise à jour : La liste des OC participants a été actualisée. :twiscribe: Cependant, le nombre maximum de joueurs est atteint, ainsi, je ne pourrais plus accepter d'autres rolistes au cours de cette aventure. Je suis navré pour ceux qui auraient aimé participer, mais je dois me plier au règlement du forum. :twishy2: Mais n'oubliez pas que vous pouvez également créer vos propres parties ou vous inscrire pour celle que propose actuellement LaudanumSerum que je vous invite à contacter. Laisser votre imagination s'exprimer, rester créatif et amusez vous bien ! :swamused:

Répondre