[Public] Le monstre du crépuscule

Pour tout ceux qui veulent incarner un personnage de la série.

Message 08 déc. 2014, 18:54

Helena
Brony savant
Avatar du membre
Messages : 645
Enregistré le : 14 mai 2014, 19:45
Sexe : Fille
Localisation : Rainbow Falls, Equestria
Contact :
OFFTOPIC :
Oh merci ^w^
J'ai pas encore de carte bleue donc je vais pas te payer, mais merci tout de même

EDIT : Ajout de Plowsam dans les joueurs
Dans l'obscurité de la nuit, Helena Chamallow volait à toute allure. Elle venait de rater le train et devait être le matin chez ses parents pour une réunion familiale. Commençant à avoir mal aux ailes, elle fit une pause dans un champ de blé. L'épouvantail n'était guère rassurant. Elle s'allongea dans un coin en repensant à ce qu'elle avait lu dans le journal, hier. Un mystérieux criminel s'amusait à tuer n'importe qui au moment du coucher du soleil. À dire vrai, c'est parce que ses parents vivaient dans la région des crimes qu'elle allait les voir. Pour les protéger. Les réunions familiales étaient tout ce qu'il y avait de plus ennuyeux.

Elle continua sa route, décidée à être chez ses parents à l'aube. Soudain, une idée la traversa. La police recrutait des gens compétents pour éliminer ce tueur. Elle pourrait peut-être s'engager, cela lui permettrait de se débarrasser de l'obligation de protéger ses parents, une fois qu'ils l'auraient eu. De plus, les quelques mois qu'elle avait passé dans la Ghost Buster Army lui avaient appris comment réagir face au danger et comment s'occuper des ennemis. Oui, s'engager dans la police pour quelques temps lui plaisait bien.

Il faisait encore nuit quand elle arriva dans la ville du côté Sud. Helena était plutôt fière du temps qu'elle avait mis. Peut-être même qu'un jour, elle arriverait à battre cette fameuse Rainbow Dash à la course. Elle fut soudainement arrachée de ses pensées par un cri strident qui la fit frémir. Il provenait de derrière un dédale de petites ruelles qu'Helena survola et elle arriva le ventre noué à l'endroit où l'on avait crié. Une petite ponette était au milieu de la rue, horrifiée par quelque chose qu'Helena ne voyait pas. Elle s'approcha et s'adressa à la ponette d'une voix douce :

-Quelque chose ne va pas, petite ?
La ponette se retourna et se jeta sur pattes d'Helena pour les serrer très fort. Quelques poneys alertés par le cri accouraient en leur direction.
-Regardez ! Là ! s'exclama-t-elle en sanglotant.
Helena plissa alors les yeux pour essayer de deviner la masse sombre sur les pavés qu'elle n'avait pas vu avant à cause de la pénombre de la nuit. Un licorne arriva et éclaira la zone de la lumière de sa corne. Ils découvrirent alors avec horreur quelle était la nature de la masse sombre : un corps sans vie, un poney pâli par la mort avec des yeux vitreux. Son visage était resté comme pétrifié et on pouvait voir la terreur qu'il avait subi avant de mourir. Néanmoins on avait du mal à reconnaître la personne à cause de l'obscurité de la nuit et à l'expression de son visage.
On entendait des petits cris étouffés au fur et à mesure que les gens arrivaient. Mais aucun n'agissait ; il restaient tous la tête baissée, comme s'ils se recueillaient. Helena ne pouvait pas rester comme ça les pattes croisées : elle repartit en arrière en quête d'un commissariat.

Mais en passant dans une rue familière, elle se rendit compte qu'elle était devant la maison de ses parents. Elle se dit qu'un autre poney finirait bien par alerter le commissariat et sonna à la porte de sa maison. Une pégase assez âgée lui ouvrit la porte. On voyait qu'elle avait pleuré toute la nuit et on lisait l'inquiétude dans ses yeux.

-Helena ?
-C'est moi, m'man ! Que se passe-t-il ?
-J'espérais que tu arriverais plus tard pour t'épargner la douleur que tu va subir en ce moment.
-Que se passe-t-il ? répéta Helena avec inquiétude.
-As-tu entendu parler du monstre du crépuscule ?
La jeune pégase hocha la tête.
-Eh bien, reprit sa mère d'un ton grave, ton père est parti hier après-midi. Il n'est pas revenu.
Helena se rappela le corps sans vie qu'elle avait contemplé tout à l'heure au même moment qu'elle sentit le vertige s'emparer d'elle.
Membre des Ponies Ghost Busters :flutterhug:

Image

Image
Image

Image

Message 10 déc. 2014, 19:28

LAuthheure
Poète en herbe
Avatar du membre
Messages : 293
Enregistré le : 09 mars 2014, 17:55
Sexe : Fille
Localisation : Pays: Strigi
Ice Seed téléphonait à ses parents depuis sa maison. Elle le faisait à chaque nuit de préférence, pour être sûre qu'ils étaient de bonne humeur et bien réveillés. Mais depuis qu'elle avait expérimenté le Lancer de briques (une pratique très cruelle pour montrer son mécontentement), elle avait décidé de les appeler au coucher du soleil, quand tout le monde rentrait, mais elle barricadait ses fenêtres au cas où.

"Allô maman ? ça va ? Moi aussi ! Hier il y a un meurtre de poney ! Oui, je suis sérieuse ! Dans cet Equestria que tu détestes tant. Si j'ai mangé le cadavre ? Tu es folle ! je mange peut-être des animaux, mais quand même ! Je ne suis pas cannibale, enfin, je crois..."

Elle ne tarda pas à changer de sujet. Tous ces histoires d'assassinats la tracassait. On lui avait dit qu'Equestria était une très paisible contrée, et elle n'était pas venue pour voir des morts. La discussion continuait normalement, jusqu'à que Princesse Célestia descendit le soleil.

"AAHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH!!!"

La licorne grise se boucha les oreilles avec des feuilles de cannabis (la drogue, ce n'était pas bien, mais il y a certains moments où on n'avait pas le choix) pour sauver son ouïe. Le hurlement s'acheva dans un râle faible. Ice Seed aurait voulu sortir pour voir ce qui s'était passé, mais il fallait d'abord expliquer une centaine de fois à ses parents que ce n'était pas elle qui avait crié.

Une fois dehors, elle vit un spectacle absolument terrifiant. Un pégase gisait sur le sol, son sang s'écoulait de sa gorge tranchée. Jamais le plus talentueux des peintres auraient pu tracer une expression de panique infinie. La licorne gémit devant ses ailes écartelés, elle ne connaissait que trop bien cette blessure. C'était la même que celle des rongeurs qu'Ice Seed mordait au cou pour se délecter à la saveur de leur chair.

C'était celle que causait un prédateur.

Des policiers vinrent examiner le corps, déboussolés. C'était à ce moment même que la jument vit un tract abîmé à côté d'un mur près de chez elle. Elle n'y avait jamais fait attention auparavant, mais maintenant, il paraissait aussi visible qu'un museau au milieu d'un visage.
RECHERCHE GENS COMPÉTENTS POUR AFFAIRE URGENTE.
CONTACTER LE COMMISSARIAT SI INTÉRESSÉ.
Inutile de deviner ce qu'était cette "affaire urgente". Cela concernait évidemment les meurtres mystérieux à chaque crépuscule. La licorne tint fermement la graine de son pendentif autour du cou, c'était sa manière de dire qu'elle allait faire quelque chose de grand. Ses connaissances de carnivore étaient assez fins pour connaître les comportement du mystérieux assassin. Beaucoup pensaient que c'était un poney, mais leur ennemi était loin d'être équestre, le seul poney, qu'Ice Seed connaissait, qui avait des dents aussi longue, c'était elle-même.

De plus, quand la nuit les membres de l'enquête seront épuisés, elle sera parfaitement en forme grâce à son enfance nocturne. Elle savait qu'elle avancera très vite la solution. C'était le seul moyen de ne plus connaître de boucherie. Elle rentra chez elle pour se préparer à une nouvelle aventure à sa façon. Graine replacée, connaissances mémorisés et chapeau bien remis. Soudain une voix brailla du téléphone qu'elle avait oublié d'accrocher. C'était celle de son père.

"Allô papa ? Oh désolé de ne pas avoir répondu, j'ai beaucoup de choses à t'expliquer."

Et elle expliqua tout en effet. Soudain, elle repensa au pégase mort dans la rue. Et s'il avait une famille ? Des proches à aimer, comme elle ? Des larmes coulèrent d'elle pendant ses explication. Perdre des êtres chers étaient insupportables à ses yeux.

"Ice Seed ? Tu pleures ?, demanda son père.
- J'ai peur. J'ai peur de vous perdre. toi, maman et Chocolate. J'ai peur de mourir.
- Qu'est ce que tu racontes boule de neige ?
- Ce monstre... Je vais aller moi aussi enquêter sur lui..."
[/align]
Vive les chouettes et les hiboux! Vive l'écriture! Vive la fantaisie!
Vous pouvez regarder ça. Ça me fera plaisir.

Message 11 déc. 2014, 00:11

Plowsam
Nouveau
Avatar du membre
Messages : 17
Enregistré le : 17 nov. 2014, 21:17
Sexe : Garçon
Localisation : Suisse
OFFTOPIC :
Ceci sera ma couleur pour faire dialoguer Black-dark
Black-dark venait juste de revenir de sa dernière " mission ", il était presque midi quand il vit le toit de la grange familiale. Le dîner était en train de cuire, on pouvait sentir l'odeur de la tarte de foin à des kilomètres.
Tout cela lui mettait l'eau à la bouche, quand soudain la porte s'ouvrit et dans un grand bruit de sabots, il vit Terra, son jeune frère courir vers lui.

-Blacki!!! S'écria -t-il!

-Terra, petite fripouille, tu grandis de jour en jour. Alors papa va mieux?

Luis dit-il, car deux jours plus tôt il reçut une lettre affirmant que son père c'était casser une patte.

-Tu dis ça à chaque fois que tu rentre d'un de tes voyages! Et pour papa, faut ce le farcir. Il est en arrêt de travaille pour au moins six semaine! Avec l'interdiction de bouger!
Ha oui, tu a reçus une lettre de la police, je l'ai posée sur la table de la cuisine.


Jusque là rien d'anormal, a pars la lettre de la police.
Une fois à l'intérieur, il vis son père en chaise roulante avec la patte arrière droite dans un plâtre de couleur blanche.

-Salut paps! Comment sa vas ce sabot, tu t'es fait ça comment ??? Bref, tu aurais pas vu une lettre qui m'est adressée et qui vient de la police ???

-Salut mon grand fils aventurier... Ben tu sais j'ai vécu pire! Je me suis faits ceci en cherchant des clous pour barricader la maison le soir. Il était dans le hangar à charrue, j'ai voulu les prendre et je te laisse imaginer la suite .
Et pour la lettre c'est moi qu'il l'ait, je l'avais ouverte pour être sûr qu'il n'annonçait pas ta mort.
Disait-il en tendant l’enveloppe à son fils.

Black-dark prit la lettre tout en parlant à son papa.

-Rha,tu sais très bien que j'aime pas quand tu ouvres MES lettres. Et de toute façon pourquoi voulais-tu barricader la maison? Il y a des loups gris dans les parages???

Quand soudain après avoir vu la lettre, le jeune étalon vit une photo sortir de l'enveloppe. Il l'a pris, et l'horreur, sur cette photo il y avait un poney vraisemblablement mort avec de fortes lacérations au niveau du coup.

-Glup Ok, c'est bien plus gros que les loups gris ça, rien qu'à voir les blessures de cette pauvre personne.

-Je sais qu'ils ont demandé ton soutien dans cette affaire, mais moi je ne suis pas trop d'accord, tu pourrais te faire tuer! Tu t'en rends compte au moins.
qui s'occupera de la ferme si tu meurs?


-Sa va pas recommencer ! C'est à chaque fois le même cirque avec toi, tu vas me bassiner encore combien de temps avec ça ? Et puisque c'est comme ça je pars de suite. Je suis déjà en retard d'un jour ! Et pour ton information, Il y'a Terra pour la ferme.
Il partit en claquant la porte, direction le commissariat de ponyville.

D'habitude Black-dark n'aimait pas partir comme ceci sans rien savoir de son gibier, mais là son père l'avait mise dans une telle colère.
Une fois arrivé dans le poste de police, il se présenta à l’accueille .
Il présenta sa convocation à la vieille licorne. En le voyant lui et la convocation, elle appela le chef pour lui dire que le " spécialiste des bêtes sauvages était là ".
Et elle se retournât vers Black et lui fit signe de rentrer dans le petit bureau à côté de moi.
Il se retrouvait devant une licorne attablée sur son bureau.

Ah, vous êtes enfin arrivé. , les autres sont déjà parti! Mais rassurez-moi, vous êtes bien spécialiste dans les animaux sauvage?

Black lui répondit assez froidement .

Oui, en quelque sorte. Mon vrai métier c'est chasseur de primes, mais spécialiser dans les bêtes plutôt méchante ! Cela ne change en rien que pour l'instant je n'ai aucune idée sur l'animal en question.

Une dernière poignée de sabot et le chef demanda à un de ces collèges de bien vouloir l’emmener sur les lieux où étaient les autres.

Répondre